COS & CGS MIGS Position Statement December 2017

Canadian Ophthalmological Society (COS) & Canadian Glaucoma Society (CGS)   Micro-invasive or minimally invasive glaucoma surgery (MIGS) Position Statement December 2017

CANADIAN_GALUCOMA_SOCIETY.jpg
COS logo.gif

Current surgical treatments for glaucoma are aimed at reducing intraocular pressure (IOP) through decreasing aqueous inflow or enhancing of aqueous outflow and thereby reducing the risk of visual field loss. While trabeculectomy and implantation of glaucoma drainage devices are the standard and more commonly performed surgical interventions for glaucoma, they are often reserved for patients with uncontrolled moderate to severe disease, due to their higher risk of severe complications. The COS & CGS recognize that there is a gap in treatment options that exists between medical and traditional surgical interventions for patients with more mild to moderate forms of glaucoma who may not be optimally treated with the traditional standard of care. The surgical risk to benefit ratio would favour a safer procedure in these patients.

During the past decade, novel medical devices and procedures, collectively referred to as MIGS (micro-invasive or minimally invasive glaucoma surgery), have emerged and become available to Canadian patients. Their cardinal features include an ab interno approach, modest efficacy, high safety profile, rapid postoperative recovery and minimal tissue trauma. These procedures are designed to improve the safety of surgical intervention for glaucoma, while providing the efficacy needed to slow or halt glaucoma progression. The trade-off of having a safer surgical profile is that these procedures, at their current stage of development, are not as effective in reducing IOP as the standard glaucoma procedures.

Demonstrated benefits of MIGS include lowering IOP, reducing medication need, rapid postoperative recovery and minimal complications. Additional benefits that continue to be studied include the delay or prevention of more invasive glaucoma surgery, improvement of quality of life, reduction in number of doctor visits, cost-effectiveness, and prevention of vision loss.

Current indications for MIGS include patients undergoing cataract surgery and requiring medical glaucoma therapy; patients unable to tolerate or adhere to medical glaucoma therapy; and patients with intraocular pressure not sufficiently controlled by medical and/or laser therapy while not clearly requiring invasive surgeries such as trabeculectomy and glaucoma drainage devices. The majority of the MIGS procedures are not indicated for patients with angle closure glaucoma.

There is broad agreement among Canadian and international glaucoma specialists, based on current evidence and practice patterns, that MIGS do have a role in the glaucoma treatment algorithm. With the aging population at increased risk for glaucoma, coupled with limited healthcare resources, we support equitable access to innovative new technology such as MIGS. These newer surgical treatments can fill the gap in treatment that exists today, deliver better outcomes to patients, and ideally will aid in optimizing health system utilization. This position paper represents the current position of the COS and CGS regarding MIGS. Both societies support new and innovative technologies within Ophthalmology and will continue to monitor this evolving area of practice and update this position statement accordingly.

The COS and CGS are currently working together with the Canadian Agency for Drugs and Technologies in Health (CADTH) to determine the optimal use of MIGS for adults with glaucoma based on current evidence.

Last updated: December 20, 2017


Prise de position de la Société canadienne d'ophtalmologie (SCO) et de la Société canadienne du glaucome (SCG) sur la chirurgie micro-invasive et mini-invasive du glaucome (CMIG) 

Les traitements chirurgicaux actuels du glaucome visent à réduire la pression intraoculaire (PIO) en diminuant la sécrétion d'humeur aqueuse ou en augmentant son élimination, ce qui réduit le risque de perte de champ visuel. Bien que la trabéculectomie et l'implantation d'un dispositif de drainage du glaucome soient la norme et soient les interventions chirurgicales les plus courantes pour le glaucome, elles sont souvent réservées aux patients atteints de maladie non contrôlée, au stade modéré à sévère, en raison du risque plus élevé de complications graves. La SCO et la SCG reconnaissent qu'il y a un vide dans les options de traitement entre les interventions médicales et chirurgicales traditionnelles pour les patients atteints de formes plus légères à modérée du glaucome, qui peuvent ne pas être traitées de façon optimale avec le protocole standard. Le ratio risque chirurgical/bénéfice est en faveur d'une procédure moins risquée pour ces patients.

Au cours de la dernière décennie, de nouveaux dispositifs et procédures médicaux, appelés collectivement CMIG (chirurgie micro-invasive ou mini-invasive du glaucome) ont fait surface et sont disponibles pour les patients canadiens. Leurs caractéristiques principales comprennent une approche ab interno, une efficacité modérée, un profil de sécurité élevé, une récupération postopératoire rapide et un traumatisme tissulaire minimal. Ces procédures sont conçues pour améliorer la sécurité des interventions chirurgicales pour le glaucome, tout en procurant l'efficacité requise pour ralentir ou arrêter sa progression. L'inconvénient de ce profil chirurgical plus sécuritaire est que ces procédures, dans l'état actuel de leur développement, ne sont pas aussi efficaces pour réduire la PIO que les procédures standards de traitement du glaucome.

Les bénéfices démontrés de la CMIG incluent la réduction de la PIO, la diminution du besoin de médicaments, une récupération postopératoire rapide et des complications minimales. Les bénéfices supplémentaires, dont on poursuit l'étude, incluent le report ou la prévention d'une chirurgie du glaucome plus invasive, l'amélioration de la qualité de vie, la diminution du nombre de visites chez le médecin, la rentabilité et la prévention de perte visuelle.

Les indications actuelles pour la CMIG comprennent les patients qui subissent une chirurgie de la cataracte et qui nécessitent un traitement médical du glaucome, les patients qui ne sont pas en mesure de tolérer ou de respecter un traitement médical du glaucome, et les patients dont la pression intraoculaire n'est pas suffisamment bien contrôlée par un traitement médical ou au laser, sans clairement nécessiter une chirurgie invasive comme une trabéculectomie avec un dispositif de drainage du glaucome. La majorité des CMIG ne sont pas indiquées pour les patients qui présentent un glaucome à angle fermé.

Il y a un large consensus parmi les spécialistes du glaucome au Canada et à l'étranger, reposant sur les preuves actuelles et les courants de pratique, que la CMIG a effectivement sa place dans l'algorithme de traitement du glaucome. Vu le vieillissement de la population, qui court un risque plus élevé de glaucome, associé aux ressources limitées en matière de soins de santé, nous appuyons un accès équitable aux technologies innovantes comme la CMIG. Ces nouveaux traitements chirurgicaux peuvent combler le vide dans les traitements actuels, livrer de meilleurs résultats pour les patients et, idéalement, permettront d'optimiser l'utilisation du système de santé. Cette prise de position présente la position actuelle de la SCO et de la SCG sur la CMIG. Les deux sociétés appuient les technologies innovantes en ophtalmologie, continueront à surveiller ce domaine de pratique en évolution et mettront leur prise de position à jour selon les besoins.

La SCO et la SCG collaborent actuellement avec l'Agence canadienne des médicaments et des technologies de la santé (ACMTS) afin d'établir l'utilisation optimale de la CMIG chez les adultes atteints de glaucome selon les preuves actuelles.

Dernière mise à jour : le 20 décembre 2017